Mali: War by default

2013-01-21

Voir ci-dessous pour la version francaise

In an apparent attempt to replicate their successes of last year, Islamist rebels in northern Mali launched fresh attacks on government positions in early January. These attacks resulted in another Malian army’s defeat and the fall of the city of Konna, situated 650km from Bamako. Other cities were targeted, but the downfall of Bamako would be the biggest blow to the country and the region. Like Charles Taylor’s onslaught on Monrovia in the early 1990s, the latest victory of the Islamist groups has sent a shock wave through the country and once again brought to the fore the imminent threat of violence and jihadism spreading across Mali and beyond. Their victory has also prompted a France-led military intervention. What prompted the renewed attacks by the jihadists, and what can be said about the French-led military intervention? While it is impossible to provide all the answers at the moment, a few indicators could shed some light on the situation.

The Islamist attacks come against the backdrop of a perceived lack of progress in the negotiation process. Ansar Dine, one of the militant groups, renounced its previous undertaking to end hostilities and break away from terrorist organisations. It claimed that the government of Mali was not prepared to heed its demands, namely the enforcement of Shari’a in the region under its control, and greater autonomy.

In addition to the persistent political incoherence in Bamako, two important factors should be considered in the recent flare-up of violence in Mali.

Firstly, the rebels wanted to take advantage of the procrastination of the international community as far as military deployment is concerned. Though the United Nations (UN) passed Resolution 2085 authorising the deployment of an African-led International Support Mission in Mali (AFISMA), it was held up by technicalities. Training has to be provided to the Malian army, which is supposed to be at the forefront of the engagement, logistical considerations must be worked out and financial responsibilities have to be clarified. While ECOWAS has earmarked 3 300 troops for deployment, there was speculation that the operation could see the light of the day only by September 2013. Are the UN and its partners trying to buy time while hoping that the negotiations will make war irrelevant? This seemed to be the thinking in many quarters. It goes without saying that all of these delays have given the impression that external partners are reluctant to engage in yet another military operation with an uncertain outcome.

Secondly, the Islamist groups intended to put pressure on the government to force it to negotiate on their terms. Another aim was to raise their bargaining power and relevance within the emerging dynamics of the situation on the ground by increasing their hold on the territories under their control. For some time now, the process has stalled in spite of many public declarations by all parties involved. Contentious issues remain the secularity of the state and the degree of autonomy to be granted to the northern region. While the authorities in Bamako accept the principle of negotiation, the desire to address the humiliation of past defeats did not subside; nor did the need to preserve the territorial integrity of the country. Bamako considers all four groups (AQIM, Ansar Dine, MUJAO and MNLA) to be enemies, responsible for the effective partition of the country.

Undoubtedly, France’s military reaction to the Islamist progression southward was timely. It is evident that, in spite of the efforts made and materiel acquired recently, the Malian army has not yet recovered its full operational capacity. In calling on France for help, interim President Dioncounda Traore clearly appreciated the imminent threat to his country and the region. Dioncounda’s call coincided with a similar one from the current Chair of the African Union (AU), Benin’s President Boni Yayi, to have NATO troops deployed, though it is not clear whether he was aware of the implications given the recent history of NATO’s involvement in Libya. The wounds are still fresh as observers continue to highlight NATO’s responsibility in the deterioration of the security situation in the region. In the same vein, the African Standby Force only exists in name, even though the AU has taken bold steps (AMISOM in Somalia) to respond to security challenges in recent years.

The ensuing dynamics of this intervention are myriad. Mali finds itself at war by default. Togo, Benin, Senegal, Niger and Nigeria have committed combatting troops while Ghana offers 150 military technical advisers. The United States (US), United Kingdom and other European Union (EU) countries have pledged support to France’s intervention. Mali can also rely on the regional solidarity of Algeria, Libya, Tunisia and Mauritania. Yet a number of vital issues still need to be addressed, including the timeframe, coordination among various units, logistics and financing. Meanwhile, the military actions put the negotiation process on hold and will speed up the deployment process. This is likely to be the outcome of a number of meetings taking place this week in New York, Brussels, Addis Ababa and Abidjan. Nigerian President Jonathan Goodluck has already ordered the immediate deployment of 900 troops, while ECOWAS appointed Shehu Ousman Abdelkader as the commander of the regional force. Chad has also committed 2 000 troops to Mali.

The French air force continues to hunt down the armed groups, destroying their bases and training camps. Many months without any government authority in the northern region facilitated arms trafficking that beefed up the already sophisticated military arsenal of the rebel groups. It is also possible that the capacity of the groups has been exaggerated. But a quick and clean victory should not be expected and unconditional loyalty by Mali’s allies might dwindle along the way. Fear of retaliation by the jihadists could also force some countries to keep a low profile. Serious humanitarian backlashes are to be expected and likely to worsen the situation for the civilians trapped in the crossfire. Importantly, the main challenge will be to keep control of those areas eventually liberated from the control of the Islamist groups. The National Movement for the Liberation of Azawad (MNLA), defeated and expelled from the region, is already warning against such a move.

This is certainly one of the less controversial French military involvements in Africa, mainly after the fin de non-recevoir to Central African Republic President François Bozizé, based on the fact that France has acted in line with international expectations and in reaction to an explicit call from Mali’s interim president. Nonetheless, a long-term key question is, what should be done with Africa’s national armies? Since the end of the Cold War, few of them can withstand challenges from non-state armed groups. Initiatives such as the African Crisis Response Initiatives (ACRI), RECAMP and many others sponsored by the US and France to improve the domestic capacity of African states have not yielded convincing results. Is it not time to rethink both national and regional defence strategies? And what about giving serious attention to sincere and effective security sector reform?

France has once again been propelled by circumstances into a sensitive field that ignites passionate debates on its relations with the continent. Given domestic challenges, the risks for President Francois Hollande are as great as the possible benefits derived from denying Jihadists a sanctuary that could become a threat to all. Anyone could become a target and years of efforts in consolidating regional and global peace could be put to waste, with devastating consequences for humanity.

David Zounmenou, Senior Researcher, Conflict Prevention and Risk Analysis Division, ISS Pretoria Office

______________________________

Mali: La guerre par défaut

Comme s’ils voulaient reproduire les exploits de l’an dernier au moment de la conquête des régions du Nord, les groupes islamistes ont lancé de nouvelles offensives sur les positions du gouvernement malien au début du mois de janvier. Ces attaques se sont soldées par une autre défaite de l’armée malienne et par la prise de la ville de Konna, située à 650km de Bamako. D’autres villes étaient visées alors que la chute de Bamako aurait eu des conséquences désastreuses pour le pays et pour la région. Tout comme les violentes attaques de Charles Taylor sur Monrovia aux débuts des années 1990, la dernière offensive des islamistes a secoué le pays tout en montrant l’ampleur de la menace djihadiste au Mali et probablement ailleurs. Ceci a déclenché l’intervention de la France visant à porter un coup d’arrêt à l’avancée des islamistes. Plusieurs questions se posent quant aux motivations des attaques des djihadistes. Et que dire de l’intervention militaire déclenchée par la France, l’Opération Serval? S’il n’est pas possible de répondre en ce moment à toutes ces questions, il existe néanmoins quelques pistes d’analyse qui jettent un éclairage sur la situation.

L’offensive des Islamistes est intervenue au moment ou le processus de négociation semble au point mort. Ansar Dine, l’un des groups Islamistes a soudainement renoncé à ses engagements précédents de mettre fin aux hostilités contre le gouvernement Malien et de prendre ses distances vis-à-vis des groupes terroristes. Le mouvement Islamiste a estimé que le gouvernement n’est pas sincère sur ses revendications – l’imposition de la charia dans les régions sous son contrôle et une plus grande autonomie. En plus de la persistante incohérence politique à Bamako, il convient de prendre en considération deux importants facteurs dans l’escalade de la violence au Mali.

D’abord, les rebelles voulaient certainement profiter des tergiversations de la communauté internationale quant au plan de déploiement militaire. S’il est vrai que les Nations Unies ont adopté la résolution 2085 autorisant la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA), beaucoup de détails restent encore à régler. En effet, l’entrainement des troupes maliennes supposées être en première ligne du combat contre les Islamistes, les questions logistiques et la répartition des responsabilités financières de l’opération devraient être résolus. Même si la CEDEAO se disait disposée à déployer 3300 soldats, certains estimaient que ce déploiement n’aurait lieu qu’en septembre 2013. L’ONU et ses partenaires cherchaient-ils à gagner du temps avec le secret espoir que les négociations aboutissent, ce qui aurait rendu le plan d’intervention militaire obsolète? Tout porte à croire que c’est l’option privilégiée par la plupart des partenaires extérieurs qui redoutent les conséquences incertaines d’une nouvelle opération militaire.

Ensuite, les groupes islamistes chercheraient à accentuer la pression sur le gouvernement dans le but de l’obliger à négocier selon leurs termes, une perspective qui consolide leur influence et leur position de force. Dans cette optique, conquérir plus de territoires servirait à coup sûr cet objectif. En fait, depuis un certain temps, le processus de négociation n’évoluait plus comme souhaité malgré les déclarations publiques des parties concernées. Le désaccord persistait encore sur l’intégrité territoriale et la laïcité de l’état. Alors que les autorités de Bamako ont accepté le principe de négociation, l’impératif de se laver de l’humiliation infligée par les défaites subies en même temps que la nécessité de préserver l’intégrité territoriale du Mali n’ont jamais été perdus de vue. Sans le dire publiquement, Bamako a toujours considéré qu’il doit affronter quatre ennemis y compris le MUJAO, ANSAR DINE, AQMI et le MNLA, responsables de la partition du pays.

L’intervention militaire de la France pour arrêter la progression des Islamistes vers le Sud est sans doute venue à point nommé. Il est évident que, malgré les efforts déployés et le matériel acquis ces derniers temps, l’armée malienne est loin d’avoir retrouvé toute sa capacité opérationnelle. En lançant un appel à l’aide de la France, le Président par Intérim Dioncounda Traoré a pris la juste mesure de la menace qui planait sur son pays et sur la région. Il faut se rappeler aussi que son appel coïncide avec les déclarations du Président sortant de l’Union Africaine, le Président Béninois Boni Yayi qui réclamait quelques jours plus tôt le déploiement des troupes de l’OTAN. Il n’est pas certain qu’il soit conscient des implications de telles déclarations compte tenu des dernières opérations de l’OTAN en Libye. Les plaies ont du mal à se cicatriser tandis que plusieurs observateurs continuent d’indexer la responsabilité de l’OTAN dans la détérioration de la situation sécuritaire de la région. Aussi, les forces africaines en attentes n’existent que de nom même si l’UA a récemment pris des initiatives courageuses (AMISOM par exemple) pour répondre aux situations de crises.

Les implications de l’intervention militaire conduite par la France sont nombreuses. Le Mali est entrée dans la guerre que mène la France par défaut. Tout à coup, le Togo, le Benin, le Sénégal, le Niger, le Nigeria déploieront des troupes tandis que le Ghana mettra à la disposition du Mali 150 techniciens et conseillers militaires. Les États-Unis, la Grande Bretagne et d’autres pays de l’Union Européenne ont manifesté leur soutien à l’engagement militaire de la France. Le Mali peut également compter sur la solidarité régionale des pays du champ comme l’Algérie, la Libye, la Tunisie, la Mauritanie entre autres. Pourtant, il reste un certain nombre de détails à régler notamment la durée des opérations, la coordination entre les différentes unités, les questions logistiques, le financement de l’opération. A n’en point douter, l’opération militaire met en veilleuse le processus de négociation et va certainement accélérer le déploiement de la force régionale. C’est probablement ce qui a découlé des réunions qui ont eu lieu cette à New York, Bruxelles, Addis Ababa et à Abidjan. Déjà le Président Nigérian a ordonné le déploiement immédiat de 900 soldats tandis que le General Shehu Ousmane Abdelkader assure le commandement des forces africaines

L’aviation Française continue de bombarder les positions des groupes armés, mettant leurs bases arrière et camps d’entrainement hors d’état de nuire. Des combats au sol sont aussi engagés. Plusieurs mois sans l’autorité de l’état dans les régions du nord ont certainement facilité l’approvisionnement en armes par le canal des trafiquants. Ceci a renforcé l’arsenal militaire déjà sophistiqué des rebelles. Il se pourrait aussi que leur capacité réelle soit un peu exagérée. De toute façon, il ne faut pas s’attendre à une victoire rapide et sans écueils et le soutien inconditionnel au Mali peut s’effriter au fil du temps. La peur de subir des représailles peut également contraindre certains pays à faire profile bas. De sérieuses déconvenues humanitaires sont à craindre qui risquent de rendre encore plus précaire la situation des populations civiles, victimes des combats terrestres. Enfin, la plus grande difficulté se posera lorsqu’il sera question d’assurer le contrôle des régions éventuellement libérées du contrôle des djihadistes. Le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), défait et chassé des régions du nord mettait déjà en garde contre toute présence de l’armée nationale malienne sur son territoire.

A l’évidence, c’est certainement l’une des interventions militaires françaises les moins contestées surtout suite à la fin de non recevoir opposée à la demande du Président Centrafricain François Bozizé. Au Mali, la France semble avoir agi conformément aux plans de la communauté internationale et sur l’invitation explicite du président Malien. Nonobstant cela, une interrogation s’impose à moyen et à long-terme. Que faire des armées nationales africaines? Depuis la fin de la Guerre Froide, très peu d’entre elles disposent des capacités réelles face aux assauts des groupes armés non-étatiques. Des initiatives comme le programme américain de maintien de la paix en Afrique (ACRI) et ReCAMP (Renforcement des capacités africaines au maintien de la paix) n’ont pas produit des resultats convaincants. N’est-il pas temps de redéfinir des stratégies nationales et régionales de défense? Et pourquoi ne pas donner une plus grande attention à une reforme sincère et efficace du secteur de la défense et de la sécurité?

Une fois encore, la France aura été entrainée par les circonstances sur un terrain sensible, objet de débats passionnés dans ses relations avec l’Afrique. Avec les défis intérieurs auxquels il fait face, les risques pour le Président François Hollande sont aussi énormes que l’opportunité qui se présente d’empêcher les djihadistes d’ériger un sanctuaire au Mali qui pourrait devenir une constante menace pour le monde entier.

David Zounmenou, Chercheure principale, Division Prévention des conflits et Analyse des risques, Institut d'études de sécurité Pretoria

feature-5icon-printerPSC REPORT