ISS Today
Home / ISS Today / West Africa after Compaoré
West Africa after Compaoré
12 December 2014

Pour la version française, cliquez ici

Burkina Faso’s political transition is now underway. Michel Kafando, retired diplomat and former foreign minister, has been appointed interim President and Lieutenant-Colonel Isaac Yacouba Zida, who assumed power after former president Blaise Compaoré’s departure, is Prime Minister. Attention is focused on the challenges of the transition that will lead to the 2015 elections. But what impact has Compaoré's downfall had on the West African region?

Burkina Faso and especially Compaoré were often presented by external partners as pillars of stability in West Africa. Having come to power following a coup on 15 October 1987, Compaoré had become a ‘peacemaker’ through his mediation in the various political and military crises that shook the sub-region notably in Togo,Côte d’Ivoire and Mali. However, he has equally been accused of promoting instability through his alleged involvement in the conflicts in Liberia, Sierra Leone and Côte d'Ivoire. Compaoré’s role in the region is thus hard to define, being a peacemaker in some cases and a troublemaker in some others.

Compaoré has been seen as a peacemaker in some cases and a troublemaker in others

In Togo, Compaoré has played a long-standing role, starting with his facilitation of the inter-Togolese dialogue in 1993. A key mediator of the long socio-political crisis in that country, he was called in again in 2005 in the wake of the post-election violence that followed President Faure Gnassingbé's controversial election.

It was under Compaoré’s auspices that the Global Political Agreement was signed on 20 August 2006, fostering a climate of trust between political actors in the country and paving the way for the 2007 parliamentary elections, which took place without major incidents. In 2010, his mediation led to a consensus on the composition of the Independent National Electoral Commission and the easing of the eligibility conditions for the position of president.

The debate on the implementation of constitutional and institutional reforms ahead of the 2015 presidential election in Togo is now being revived. The impact of the recent events in Burkina Faso cannot be discounted and there's a real risk of a gradual rise in tension in the country.

Another head of state will hardly fill the political vacuum left by his departure

On 21 November the Togolese opposition organised a march to the National Assembly demanding that the number of five-year terms a president can serve be limited to two, along with a two-round voting system before the 2015 elections. Political instability in the short term is a possibility especially since Compaoré's downfall deprives Gnassingbé of one of his supporters in the sub-region, and increases the risks ahead of the presidential elections next year.

In Côte d’Ivoire, the opinion on Compaoré varies according to whether it comes from the opposition or the ruling party. On the one hand, supporters of Laurent Gbagbo accuse Compaoré of having supported the failed coup of 19 September 2002 and the rebel group that subsequently took control of the north. On the other, supporters of Ivorian President Alassane Ouattara praise Compaoré for his mediation, which led to the 2007 Ouagadougou Political Agreement and presidential elections in 2010 which Ouattara won.

Guillaume Soro, the current President of the National Assembly and former head of the Ivorian rebellion, worked closely with Compaoré, including when he was prime minister from 2007 to 2010. Compaoré’s political and moral backing were significant for Soro in his on going power struggle with Hamed Bakayoko, the Minister for Home Security, over who will succeed Ouattara. Compaoré’s downfall could therefore also have an influence on the outcome.

In Mali, Compaoré played a central role in the ongoing stabilisation process. The mediation, co-led by Burkina Faso, resulted in a return to constitutional order in April 2012 and a peace agreement between the transitional government and armed groups from the north in June 2013. This agreement paved the way for the 2013 presidential elections and continued negotiations to restore Mali’s integrity and achieve lasting peace.

Burkina Faso's mediation was however gradually repudiated by the Malian authorities who doubted Compaoré’s impartiality. His apparent favouritism towards certain leaders of the armed groups became a source of tension between Bamako and Ouagadougou. As a result Burkina Faso was eventually marginalised as a mediator in favour of Algeria. Compaoré's departure is thus a loss to some of the armed groups in Northern Mali who may now be under pressure to compromise with the Malian government during the Algiers negotiations.

The effects of Compaoré’s downfall are already being felt in West Africa

Compaoré was also involved in the release of several Western hostages held by Islamist groups in the Sahel. His Special Adviser, Moustapha Ould Limam Chafi, played an important role in the liberation of the Canadian diplomat Robert Fowler and his assistant Louis Guay, and of three Spanish aid workers in 2009.

Compaoré's departure means the West has lost a key partner whose networks in the region were critical to resolving the ongoing problem of hostage taking by Islamist groups. The recent liberation of French hostage Serge Lazarevic, and the role played by Niger and Mali in that context, however, demonstrate that Compaoré had, by no means, the exclusive control of such networks.

The effects of Compaoré’s downfall are already being felt in West Africa. Although it is still too early to measure the exact impact on the sub-region, what we do know is that another head of state will hardly fill the political vacuum left by his departure. Indeed, Compaoré's influence chiefly resided in the personal relationships and networks he forged during the 27 years of his presidency. No other current president in the region has been in power for that long.

The departure of such a strong and influential individual may be an opportunity for the Economic Community of West African States (ECOWAS), as an institution, to step into the void and be more assertive in the way it prevents and resolves conflicts.

Ousmane Aly Diallo, Junior Fellow, Esso-Wèdeou Gnamke, Junior Fellow, Ibrahim Maïga, Junior Fellow, Fatimata Ouédraogo, Junior Fellow, Conflict Prevention and Risk Analysis Division, ISS Dakar

______________________________

L’Afrique de l’Ouest après Compaoré

Les différentes instances de la transition au Burkina Faso sont désormais en place. Michel Kafando, diplomate à la retraite et ancien ministre des Affaires étrangères, en assure la présidence. Quant au gouvernement de transition, il est dirigé par le Lieutenant-colonel Isaac Yacouba Zida qui, après avoir assumé le pouvoir depuis le départ de Blaise Compaoré, occupe le poste de premier ministre. Alors que l’attention est focalisée sur les enjeux de la transition devant aboutir à des élections en 2015, une réflexion sur l’impact de la chute de Compaoré sur la région ouest africaine s’impose.

Le Burkina Faso et plus particulièrement la personne de Blaise Compaoré étaient souvent présentés par les partenaires extérieurs comme un pilier de la stabilité dans l’espace ouest-africain. Arrivé au pouvoir le 15 octobre 1987 à la suite d’un coup d’État, Compaoré s’est, au fil des crises politico-militaires ayant secoué la sous-région, imposé comme un "faiseur de paix". Il s'est ainsi impliqué comme médiateur dans la résolution de nombreuses crises, notamment au Togo, en Côte d’Ivoire et au Mali. Toutefois, ce rôle s'est également accompagné d'accusations, voire de preuves de son implication dans les conflits libérien, sierra léonais ou ivoirien. Ce qui donne de lui l'image contrastée d'un pacificateur et d'un agitateur.

Ce qui donne de lui l'image contrastée d'un pacificateur et d'un agitateur

Au Togo, dès 1993, Blaise Compaoré a facilité le dialogue inter-togolais. Médiateur privilégié de la longue crise socio-politique, il est à nouveau sollicité en 2005 à la suite des violences post-électorales résultant de l’élection de Faure Gnassingbé. C’est sous son égide qu’est l’Accord politique global signé le 20 août 2006, permettant ainsi de créer un climat de confiance entre les acteurs politiques du pays et de tenir les élections législatives de 2007 sans incident majeur. En 2010, sa médiation aboutit à un consensus sur la composition de la Commission électorale nationale indépendante et l’allègement des conditions d’éligibilité du président de la République.

Le débat autour de la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles  dans la perspective des élections présidentielles de 2015 s'étant ranimé au cours des derniers jours, à la suite notamment des évènements au Burkina, fait craindre une montée progressive des tensions dans le pays. Ainsi, l’opposition togolaise a organisé le 21 novembre dernier une marche en direction de l’Assemblée nationale pour réclamer la limitation du nombre de mandats présidentiels à deux et le mode de scrutin à deux tours avant les élections de 2015. Face à une situation dont le potentiel en terme d'instabilité politique est significatif, le départ de Compaoré, outre le fait qu'il prive le président togolais, Faure Gnassingbé, d'un de ses soutiens dans la sous-région, accroit les risques à l’approche des élections présidentielles.

En Côte d’Ivoire, au sein de la classe politique, le personnage de Compaoré est diversement apprécié selon qu’on soit de l’opposition ou du parti au pouvoir. D’une part, les partisans de Laurent Gbagbo accusent Compaoré d’avoir soutenu le coup d’État manqué du 19 septembre 2002 et la rébellion qui a ensuite pris le contrôle du nord du pays. De l’autre, les partisans d’Alassane Ouattara le louent plutôt pour sa médiation qui a permis, grâce à l’Accord politique de Ouagadougou de 2007, la tenue des présidentielles de 2010 et l’élection de leur candidat.

En outre, au sein du camp présidentiel, l’actuel président de l’Assemblée nationale et ancien chef de la rébellion ivoirienne, Guillaume Soro, a travaillé étroitement avec Compaoré notamment à l’époque où il était Premier ministre de 2007 à 2010. Le soutien politique et la caution morale de l’ancien président burkinabè constituaient un appui non négligeable dans la guerre de positionnement qui l’oppose au ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko dans la perspective de l’après Ouattara. Ainsi le départ de Compaoré pourrait avoir une influence sur l’issue de cette bataille de succession.

Le vide politique causé par ce départ sera difficilement comblé par un autre chef d’État

Au Mali, Compaoré a joué un rôle central dans le processus, encore en cours, de stabilisation du pays. La médiation co-dirigée par le Burkina a permis en avril 2012, le retour à l’ordre constitutionnel et la conclusion d’un accord préliminaire, le 18 juin 2013, entre le gouvernement de transition et les groupes armés du nord. Cet accord visait notamment l’organisation de l’élection présidentielle et la poursuite des négociations afin de restaurer l’intégrité du territoire malien et d’aboutir à une paix durable.

La médiation burkinabè a toutefois été progressivement désavouée par les autorités maliennes qui doutaient de son impartialité. La bienveillance apparente du président Compaoré à l’égard de certains dirigeants des groupes armés a été une source de tensions entre Bamako et Ouagadougou. Cette situation a probablement conduit à la marginalisation du Burkina Faso dans la résolution de la crise au profit de l’Algérie. Le départ de Blaise Compaoré de la scène politique burkinabè fait perdre un soutien important à certains groupes armés du nord du pays et pourrait faire bouger les lignes dans le cadre des négociations d’Alger en les rendant plus enclins au compromis.

Par ailleurs, Blaise Compaoré s’est distingué par son implication dans la libération de plusieurs otages occidentaux détenus par les groupes islamistes dans le Sahel. Son conseiller spécial, Moustapha Ould Limam Chafi, a joué un rôle important dans la libération du diplomate canadien Robert Fowler et de son assistant, Louis Guay, ainsi que de trois travailleurs humanitaires espagnols en 2009. L’Occident perd ainsi un partenaire de premier ordre dans les négociations visant à faire libérer les otages. La récente libération de l'otage français Serge Lazarevic, ainsi que le rôle joué par le Niger et le Mali dans ce contexte, démontre cependant que Compaoré n’a en aucun cas, le contrôle exclusif de tels réseaux.

L’onde de choc du départ de Compaoré se fait déjà sentir en Afrique de l’Ouest. Il est cependant encore trop tôt pour en mesurer avec précision les conséquences sur la sous-région. Le vide politique causé par ce départ sera difficilement comblé par un autre chef d’État. En effet, l’influence de Compaoré résidait notamment dans les relations personnelles qu’il a su tisser durant les 27 années qu’il a passé à la tête du Burkina Faso. Aucun autre président de la région n’a eu un aussi long exercice du pouvoir.

Cette situation constitue donc peut-être une occasion pour la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), en tant qu’institution, de s’affirmer davantage dans l’opérationnalisation de ses mécanismes de prévention et de résolution des conflits.

Ousmane Aly Diallo, Junior Fellow, Esso-Wèdeou Gnamke, Junior Fellow, Ibrahim Maïga, Junior Fellow, Fatimata Ouédraogo, Junior Fellow, Division Prévention des conflits et analyse des risques, ISS Dakar

Your comments
comments powered by Disqus