Women in maritime: 2015 is Africa's year for change

2015-08-31

Pour la version française, cliquez ici

On 26 August, Lieutenant Commander Zimasa Mabela took command of the SAS Umhloti, a South African Navy Mine Counter Measure Vessel. In doing so, she became the first woman to take charge of a South African naval ship.

During 2015, the need to advance women’s role in maritime activities has become a subject of unprecedented awareness and interest. And for good reason. The International Transport Workers' Federation estimates that only 2% of the world's maritime workforce is made up of women.

It is time to change this statistic by enhancing opportunities for women to be educated and gain experience in maritime activities. Equally important is changing the culture in the maritime sector to reduce the prejudices women encounter on a daily basis. Fortunately, there is evidence that efforts to do so are yielding results, even though building experience among women in the sector is no easy task.

Shipping and seafaring, from the time people first put to sea, has become increasingly diverse in terms of race, class and nationality. Sailors work for a mix of individual owners and companies that reflect this intricate and globalised industry that the world economy depends on. However, the diversity of the motley crew of global seafarers has yet to take on a visible mixture of men and women – as many seafaring occupations remaining the preserve of men.

Only 2% of the world’s maritime workforce is made up of women
Tweet this

The long interaction of (mostly) men and the sea has also created significant cultural barriers to the participation of women in seafaring. This is, however, no excuse for the continued exclusion of women, or for failing to support the many women who have pushed past out-dated gender norms and made great strides in improving the participation of women in maritime.

The African Union (AU) is leading the way on the continent, as seen in the two events it hosted this year – one in Luanda, Angola in March on African Maritime Women: Towards Africa’s Blue Economy, and another in Addis Ababa, Ethiopia in July. Moreover, the theme of the AU summit in January was Women Empowerment in Africa, as a step towards achieving the goals of the AU’s Agenda 2063. Agenda 2063 says that ‘Africa’s … ocean economy, which is three times the size of its landmass, shall be a major contributor to continental transformation and growth.’

AU Commission Chairperson Nkosazana Dlamini-Zuma has also made a number of important statements calling for greater participation of women in maritime industries, especially in the development of Africa’s Blue Economy. If achieved, this will see increasing interest in African countries that are developing maritime industries. That could translate into economic benefit from maritime resources for Africa as well as opportunities in fields such as ship ownership, fishing, manufacturing and shipbuilding, and natural resource extraction.

The long interaction of men and the sea has created major cultural barriers for women
Tweet this

Dlamini-Zuma has suggested that ‘Women have come together and … those who work in the industry … want to see how they can be entrepreneurs in the industry.’

This statement boosts long-standing goals to increase the participation of women in maritime, such as those expressed by the International Maritime Organisation, the UN’s maritime agency.

A looming problem will be how the role and contribution of women in maritime development is recognised and framed. If women are to be fully included in the maritime industry, discussions cannot be limited to participation in one or two areas alone such as environmental work, or entrepreneurship such as ship ownership. Creating a community of experienced women in maritime occupations needs to take place at several levels and in various sectors of the industry.

Having women in positions of authority is crucial, but that must not come at the expense of seafaring experience, education and training. This also applies to the safety and security sector such as navies, coastguards and maritime authorities.

In the industry, the view is that it’s easier to call for change on the economic or entrepreneurship side – and it is here that existing female participation is largely observed. However, women’s entry into other sectors, especially pertaining to security, must not be overlooked.

The maritime industry’s view is that women can more easily take part in entrepreneurial activities
Tweet this

Addressing this gap will also improve the security of women at sea. A revealing case is that of Akhona Geveza, a 19-year-old South African cadet found drowned off Croatia in 2010. Local authorities controversially declared her death a suicide. Geveza had, the day before she died, reported to the captain that she was raped by one of the officers. The Croatian authorities’ finding has never been fully accepted, and it remains an unresolved topic of debate to this day.

Efforts to ensure safety and support for female seafarers have included the South African Maritime Safety Authority’s ‘Sisters of the Sea’ – an important initiative to enable the sharing of experience and support.

Such projects now require invigoration and expansion. Infrastructure changes that will ensure women’s physical security on board ships are also needed. This includes separate toilets, changing and sleeping facilities and access to personal hygiene products.

Another encouraging sign is the rise in numbers of women receiving education and training required for careers such as marine piloting, which entails steering ships into ports and harbours. But numbers alone only tell part of the story. Women who put to sea must gain multi-level and multi-sector experience, such as executive or engineering positions, rather than being limited to entry or low paid occupations.

For instance, only 15 of the 70 marine pilots in South Africa are female – but this is a good basis upon which to build. Elsewhere the numbers have yet to reach this level. Elizabeth Marami is Kenya’s first female marine pilot and while the AU lauded this accomplishment when marking the Day and Decade of Africa’s Seas and Oceans in Addis Ababa in July, she remains for now Kenya’s only woman in this profession.

Sustained attention and action at the level of the AU, Regional Economic Communities and national governments, in partnership with African and global maritime education institutions, is needed. The goal must be to transform the industry so that isolated stories of success coalesce into an inclusive and gender balanced maritime domain.

Timothy Walker, Researcher, Conflict Management and Peacebuilding division, ISS Pretoria

______________________________

Les femmes dans la marine : 2015 est l'année du changement pour l'Afrique

Le 26 août, le lieutenant-commandant Zimasa Mabela a pris le commandement du SAS Umhloti, un chasseur de mines de la marine sud-africaine. Ce faisant, elle est devenue la première femme à prendre en charge un navire de la marine sud-africaine.

En 2015, la nécessité de promouvoir le rôle des femmes dans les activités maritimes est devenue un sujet de préoccupation et d'intérêts sans précédent, et ce pour de bonnes raisons. La Fédération Internationale des Ouvriers du Transport estime que seuls 2 % des effectifs de la marine dans le monde est constituée de femmes.

Il est temps de changer cette statistique en augmentant les opportunités pour les femmes en termes d'éducation et d'acquisition d'expérience dans les activités maritimes. Il est également important de faire évoluer la culture dans le secteur maritime pour faire disparaître les préjugés dont sont victimes les femmes de façon quotidienne. Heureusement, certains éléments mettent en évidence que les efforts pour y parvenir donnent des résultats, même si l'acquisition d'expérience chez les femmes dans le secteur n'est pas une tâche facile.

Seulement 2 % de l'effectif maritime dans le monde est composé de femmes

La navigation maritime, depuis les temps où l'Homme a commencé à prendre la mer, s'est de plus en plus diversifiée en termes de race, de classe et de nationalité. Les marins travaillent pour un mélange de propriétaires privés et des entreprises qui reflètent cette industrie complexe et globalisée dont l'économie mondiale dépend. Cependant, la diversité du groupe hétéroclite et mondialisé des navigateurs ne s'est pas encore concrétisée en un mélange visible d'hommes et de femmes - étant donné que beaucoup de métiers de la mer restent l'apanage des hommes.

La longue interaction entre les hommes (majoritairement) et la mer a également créé des obstacles culturels importants à la participation des femmes dans la navigation. Ceci ne constitue cependant aucune excuse pour le maintien de l'exclusion des femmes, ou pour ne pas apporter de soutien aux nombreuses femmes qui se sont battues contre des normes de genre d’un autre temps et qui ont fait de grands progrès dans l'amélioration de la participation des femmes dans la marine.

L'Union africaine (UA) ouvre la voie sur le continent, comme en témoignent les deux événements qu'elle a accueillis cette année - l'un s'est déroulé en mars à Luanda, en Angola, sur les Femmes dans la marine africaine : vers l'Économie bleue de l'Afrique, et un autre en juillet, à Addis-Abeba, en Éthiopie. En outre, le thème de sommet de l'UA en janvier était l'Autonomisation des Femmes en Afrique, comme étape vers la réalisation des objectifs de l'Agenda 2063 de l'UA. L'Agenda 2063 indique que « ... l'économie océanique de l'Afrique, qui fait trois fois la taille de sa masse terrestre, doit être un contributeur majeur de la transformation du continent et de la croissance. »

La longue interaction entre les hommes et la mer a créé des obstacles culturels importants pour les femmes

Le Président de la Commission de l'UA Nkosazana Dlamini-Zuma a également fait de nombreuses déclarations importantes appelant à une plus grande participation des femmes dans les industries maritimes, en particulier dans le développement de l'Économie bleue de l'Afrique. Si cela se réalise, cela se reflètera par un intérêt croissant dans les pays africains qui sont en train de développer les industries maritimes. Cela pourrait se traduire par un avantage économique découlant des ressources maritimes pour l'Afrique et par des opportunités dans les domaines tels que la propriété de navires, la pêche, l'industrie de la manufacture, la construction navale, et l'extraction des ressources naturelles.

Dlamini-Zuma a suggéré que ... les femmes se sont rassemblées… celles qui travaillent dans l'industrie... souhaitent voir comment elles peuvent devenir des entrepreneurs dans l'industrie ».

Cette déclaration renforce des objectifs de longue ¬date visant à accroître la participation des femmes dans le secteur maritime, tels que ceux exprimés par l'Organisation Maritime Internationale, l'agence maritime de l'ONU.

Jusqu'à quel point le rôle et la contribution des femmes au développement maritime est reconnu et défini est une question imminente. Si les femmes doivent être pleinement intégrées dans l'industrie maritime, les discussions ne peuvent se limiter à la participation dans seulement un ou deux domaines, comme le travail environnemental, ou l'entrepreneuriat, tel que la propriété de navires. La création d'une communauté de femmes expérimentées dans les professions maritimes doit se produire à plusieurs niveaux et dans divers secteurs de l'industrie.

La présence de femmes à des postes d'autorité est cruciale, mais cela ne doit pas se faire au détriment de l'expérience en mer, de l'éducation et de la formation. Cela vaut également pour le secteur de la sécurité publique tel que les marines, les garde-côtes et les autorités maritimes.

Le point de vue de l'industrie maritime est que les femmes peuvent plus facilement participer aux activités entrepreneuriales

Dans l'industrie, on pense qu'il est plus facile d'appeler à des changements sur le plan économique ou de l'entrepreneuriat - c'est d'ailleurs là que la participation féminine actuelle est largement observée. Cependant, l'entrée dans d'autres secteurs des femmes, en particulier ceux liés à la sécurité, ne doit pas être négligée.

Combler cette lacune permettra également d'améliorer la sécurité des femmes en mer. Un cas révélateur est celui d’Akhona Geveza, une cadette sud-africaine de 19 ans retrouvée noyée sur les côtes de la Croatie en 2010. Les autorités locales ont déclaré de façon controversée que son décès était lié à un suicide. La veille de sa mort, Geveza avait signalé au capitaine qu'elle avait été violée par un des officiers. La conclusion des autorités croates n'a jamais été pleinement acceptée et reste un sujet de débat non résolu à ce jour.

Les efforts visant à assurer la sécurité et le soutien aux femmes marins incluent les « Sisters of the Sea » de l'Autorité de sécurité maritime de l'Afrique du Sud - une initiative importante pour permettre le partage d'expérience et de soutien.

Ces projets exigent à présent une dynamisation et une expansion. Des évolutions en matière d'infrastructure afin d'assurer la sécurité physique des femmes à bord des navires sont également nécessaires. Cela comprend des toilettes, des installations de couchage et de vestiaire et un accès aux produits d'hygiène intime séparés.

Un autre signe encourageant est l'augmentation du nombre de femmes qui reçoivent l'éducation et la formation nécessaires pour des carrières telles que le pilotage maritime, ce qui implique de diriger des navires en zone portuaire. Mais les chiffres à eux seuls ne présentent qu'une partie de l'histoire. Les femmes qui prennent la mer doivent obtenir de l'expérience à plusieurs niveaux et dans ¬différents secteurs, tels que les postes de direction ou d'ingénierie et ne pas se limiter à participer ou aux professions faiblement rémunérées.

Par exemple, seulement 15 sur 70 pilotes maritimes en Afrique du Sud sont des femmes - mais il s'agit d'une bonne base sur laquelle s'appuyer. Ailleurs, les chiffres n'ont pas encore atteint ce niveau. Elizabeth Marami est la première femme pilote maritime du Kenya et bien que l'UA ait salué cette réussite en marquant la Journée et la Décennie des Mers et Océans de l'Afrique à Addis-Abeba en juillet, elle reste pour l'instant la seule femme kenyane dans cette profession.

Une attention et une action soutenue sont nécessaires au niveau de l'UA, des Communautés économiques régionales et des gouvernements nationaux, en partenariat avec les établissements d'enseignement maritimes tant au niveau africain que mondial. L'objectif doit être de transformer l'industrie de telle sorte que les histoires de succès isolées se transforment en un secteur maritime inclusif et équilibré entre les sexes.

Timothy Walker, Division de la gestion des conflits et de la consolidation de la paix, ISS Pretoria

feature-5icon-printerlogo-chlogo-frPSC REPORT