ISS Today
Home / ISS Today / Compaoré's bid to extend his reign backfires in Burkina Faso
Compaoré's bid to extend his reign backfires in Burkina Faso
31 October 2014

Pour la version française, cliquez ici

The vote on the controversial bill to change the Burkina Faso constitution to allow President Blaise Compaoré to run for a third term was scheduled for yesterday, 30 October, but ended up not taking place.

As members of Parliament were about to start examining the bill, they were forced out by protesters who stormed the building and set it on fire. Protesters then marched on the presidential palace to ask Compaoré to leave.

In spite of the present confusion in Burkina Faso, it appears that the country is heading towards a political transition in which Compaoré’s role is uncertain.

Last night, Compaoré declared a state of emergency and pledged to open talks with the opposition. The head of Burkina Faso's armed forces, General Honoré Nabéré Traoré, later announced the dissolution of the National Assembly and the creation of a national transitional government, to last a maximum of 12 months.

This statement, which failed to mention anything about the president's departure, did little to reassure the protesters. Indeed, General Traoré is considered close to Compaoré: the president had appointed him as head of the army after the mutinies of 2011 that shook the government. Late yesterday evening, Compaoré, in an address to the nation, said he had ‘taken the full measure of the strong aspiration for change’ of the population, announced his withdrawal of the controversial bill and cancelled the state of emergency.

This illustrated the determination of the president to achieve his goals

The president called once more for talks with opposition parties, and proposed to lead the transition until elections are held. He vowed that he would then hand power over to the next democratically elected head of state. Compaoré has therefore not stepped down, and it is unclear who is currently in charge.

The events of the past couple of days were triggered by the government’s announcement, on 21 October 2014, of its intention to submit a bill to the National Assembly to amend Article 37 of the constitution.

The article limits the number of presidential terms to two, and the proposed amendment would have given the head of state the possibility to be re-elected twice. This would have allowed Compaoré – who has been president for 27 years, and is currently in the last year of his second term – to run for president in 2015.

Following this announcement, protests were reported in Ouagadougou on 21 and 22 October. Skirmishes and clashes intensified on 27 October in Ouagadougou and Bobo-Dioulasso, the second largest city, between the security forces and opponents to the constitutional amendment. Zephirin Diabré, the leader of the opposition, called for a march on 28 October. Taking place in Ouagadougou and other parts of the country, media have described it as historic given the sheer number of people who were mobilised.

The proposed bill, which was to be voted on yesterday, was not the first attempt to amend Article 37. Indeed, the president had initially attempted to establish a bicameral Parliament, as per the constitution, by setting up a Senate, the members of which would have been appointed by the president.

This would have enabled Compaoré to strengthen his majority in Parliament and proceed with the revision of the Article 37. This initiative was received negatively, however, which prompted the president to postpone the establishment of this institution in October 2013.

Faced with this failure, the idea of changing the constitution by holding a referendum emerged in the ranks of the presidential majority. Objection to this had led to a mediation attempt, which was initiated in January 2014 by the former president Jean Baptiste Ouédraogo. More recently, Compaoré himself had initiated a dialogue between government and the opposition. The latter failed on 6 October. The additional attempt to change the constitution by means of a vote at the National Assembly illustrated the determination of the president to achieve his goals, but was seen by the opposition as one devious move too many.

The political violence sets the wrong example for the region

The population taking to the street might be explained by the fact that, this time, Compaoré was perhaps about to succeed in his attempt to change the constitution. Indeed, the third strongest party, the Alliance for Democracy and Federation/African Democracy Rally (Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain, or ADF/RDA), had agreed to support the bill.

With this support, Compaoré could count on 99 votes: 70 from the ruling Congress for Democracy and Progress (Congrès pour la démocratie et le progrès, CDP), 18 from ADF/RDA, and 11 from the Convention of Republican Forces (CFR). If voting instructions were to be followed by the deputies of these parties and parliamentary groupings, the bill would have received more than 96 votes, which is the majority needed to adopt the bill without having to call a referendum.

Over the past few days, Burkina Faso’s external partners have also voiced concerns. The reservations expressed on 28 October by the United States and France, as well as the call on 29 October by the European Union to abandon the project, did not prevent Compaoré from attempting to amend the constitution. Those statements might nonetheless have been interpreted by opponents to the constitutional amendment as support, even if passive, thereby lending some legitimacy to their struggle.

Burkina Faso was considered one of the stable countries in a region that remains troubled by security, political and health crises. In addition, Compaoré’s role as a mediator in some conflicts has made his country an important regional and international partner in resolving crises in West Africa.

As West Africa prepares for an important electoral year – with five presidential polls scheduled in 2015 in Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinea, Nigeria and Togo – the political violence of the past few days in Burkina sets the wrong example for the region, and is a reminder of the risks inherent in electoral processes. Nonetheless, the evolving situation in Burkina Faso will hopefully serve as a wake-up call for presidents who are considering tailoring the constitution to suit their own interests, in West Africa and beyond.

Tity Agbahey, Junior Fellow, Ibrahim Maiga, Junior Fellow, Fatimata Ouedraogo, Junior Fellow, William Assanvo, Senior Reseracher, Lori-Anne Théroux-Bénoni, Office Head, Conflict Prevention and Risk Analysis Division, ISS Dakar

The publication of this article was made possible by a grant from the International Development Research Center (IDRC), Ottawa, Canada and the Hanns Seidel Foundation. The ISS is also grateful for support from the following members of the ISS Partnership Forum: the governments of Australia, Canada, Denmark, Finland, Japan, the Netherlands, Norway, Sweden and the United States.

______________________________

La tentative de Compaoré de prolonger son règne se retourne contre lui au Burkina Faso

Le vote du projet de loi controversé visant à amender la constitution du Burkina Faso qui devait se tenir hier, le 30 octobre, et qui aurait permis au Président Blaise Compaoré de briguer un troisième mandat, n’a finalement pas eu lieu.

Alors que les députés s’apprêtaient à examiner le projet de loi, des manifestants ont envahi et incendié le parlement avant de prendre la direction du Palais présidentiel pour réclamer le départ de Compaoré. En dépit de la confusion qui règne actuellement au Burkina Faso, il semble que le pays s’achemine vers une période de transition, avec des incertitudes quant au rôle de Compaoré.

Hier soir, le président Compaoré a déclaré l’état de siège et demandé l’ouverture de pourparlers avec l’opposition. Le chef d’état major général des armées du Burkina Faso, le Général Honoré Nabéré Traoré, a ensuite annoncé la dissolution de l’Assemblée nationale et la mise en place d’un gouvernement de transition pour une période de 12 mois.

Cette déclaration, qui n’évoque pas le départ du président, n’a pas rassuré les manifestants. En effet, le général Traoré est réputé proche de Compaoré. Il avait été nommé à la tête de l’armée par le Président après les mutineries de 2011 qui avaient fait vaciller le pouvoir central.

Tard dans la soirée d’hier, le président, dans une adresse à la nation, a déclaré avoir pris “la juste mesure des fortes aspirations de changement” de la part de la population. Il a annoncé le retrait de ce projet de loi fort controversé ainsi que l’annulation de l’état de siège qui avait été décrété plus tôt ce jeudi.

Cette situation illustrait la détermination du président à parvenir à ses fins

Compaoré a, une fois de plus, appelé à un dialogue avec l’opposition et s’est proposé pour diriger une période de transition à l’issue de laquelle il remettrait le pouvoir au président démocratiquement élu. Compaoré n’a, pour l’instant, donc pas abandonné le pouvoir et la situation au Burkina demeure confuse, 24 heures après que ce vote sur la modification constitutionnelle se soit transformé en émeutes.

Les événements des dernières heures ont été déclenchés par l’annonce, par le gouvernement, le 21 octobre, de sa volonté de soumettre à l’assemblée nationale un projet de loi pour modifier l’article 37 de la Constitution limitant à deux le nombre de mandats présidentiels. La modification proposée aurait donné la possibilité au Chef de l’État de se faire réélire deux fois, ce qui aurait permis à Compaoré – au pouvoir depuis 27 ans et actuellement arrivé à la dernière année de son deuxième mandat – de se porter candidat en 2015.

Dès cette annonce, des manifestations ont été enregistrées à Ouagadougou les 21 et 22 octobre. Les échauffourées et heurts se sont intensifiés le 27 octobre à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du pays, entre les forces de l’ordre et les  opposants à la modification constitutionnelle. À l’initiative du chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré, une marche a été organisée le 28 octobre à Ouagadougou et à l’intérieur du pays. Elle a été décrite comme historique par les médias étant donné l’ampleur de la mobilisation.

Le projet de loi qui devait être soumis au vote hier n’était pas la première tentative du pouvoir de modifier l’article 37 de la Constitution. En effet, dans un premier temps le président avait tenté d’instaurer le bicaméralisme prévu par la constitution en mettant en place un Sénat, dont une partie des membres aurait été nommée par le président. Cela lui aurait permis de renforcer sa majorité au Parlement et, ainsi, de procéder à la révision de l’article 37. L’accueil négatif réservé à cette initiative a poussé le président à surseoir, en octobre 2013, à la mise en place de cette institution.

La violence politique marque un mauvais départ pour la région

Face à cet échec, l’idée de modifier la constitution par la tenue d’un référendum a émergé dans les rangs de la majorité présidentielle. La contestation de ce projet a donné lieu à une tentative de médiation initiée en janvier 2014 par l'ancien président Jean Baptiste Ouédraogo. Plus récemment, le président Compaoré lui-même a initié un dialogue entre le pouvoir et l’opposition, qui a échoué le 6 octobre dernier. La tentative supplémentaire de modifier la constitution en passant par l’Assemblée nationale illustrait la détermination du président à parvenir à ses fins, mais a été perçue par l’opposition comme le subterfuge de trop.

Les manifestations du 30 octobre pourraient s’expliquer par le fait que Compaoré paraissait, cette fois-ci, sur le point de parvenir à modifier la Constitution. En effet, la troisième force politique, l’Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA), avait décidé de soutenir l’adoption de ce projet de loi.

Ce ralliement aurait permis à la mouvance présidentielle de disposer de 99 voix: 70 du parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), 18 de l’ADF/RDA et 11 de la Convention des forces républicaines. Dans l’éventualité d’un strict respect des consignes de vote, le pouvoir aurait pu obtenir les 96 voix nécessaires pour atteindre la majorité qualifiée et ainsi adopter le texte sans recours au référendum.

Au cours des derniers jours, les partenaires extérieurs du Burkina avaient aussi exprimé leur préoccupation quant à une éventuelle modification de la clause limitative du mandat présidentiel. Les réserves exprimées le 28 octobre par les États-Unis et la France, ainsi que l’appel lancé le 29 octobre par l’Union européenne pour l’abandon du projet, n’ont cependant pas empêché Compaoré de persévérer dans son projet de modification constitutionnelle. Ces déclarations ont toutefois pu être interprétées par les opposants à la révision constitutionnelle comme un soutien, même passif, légitimant ainsi en quelque sorte leur combat.

Le Burkina était considéré comme l’un des principaux pôles de stabilité dans une région en proie à des crises sécuritaires, politiques et sanitaires. De plus, le rôle de médiateur de Blaise Compaoré dans certains conflits faisait de ce pays un partenaire régional et international important dans la résolution des crises dans la région.

Au moment où l’Afrique de l’Ouest se prépare à entrer dans une année électorale importante – avec, en 2015, cinq élections présidentielles au Burkina, en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Nigéria et au Togo – la violence politique de ces derniers jours au Burkina marque un mauvais départ qui vient rappeler les risques inhérents aux processus électoraux dans la région. La situation qui continue d’évoluer au Burkina devrait toutefois servir de mise en garde pour les présidents qui sont tentés de modifier la Constitution de leur pays pour servir leurs propres intérêts, en Afrique de l’Ouest et ailleurs.

Tity Agbahey, Chercheur boursier, Ibrahim Maiga, Chercheur boursier, Fatimata Ouedraogo, Chercheur boursier, William Assanvo, Chercheur principal, Lori-Anne Théroux-Bénoni, Directrice du bureau, Division Prévention des conflits et analyse des risques, ISS Dakar     

Cette publication a été rendue possible grâce à un appui du Centre de recherche en développement international du Canada (CRDI) basé à Ottawa au Canada et de la Fondation Hanns Seidel (HSF). L'ISS est également reconnaissant de l'appui des partenaires principaux suivants: gouvernements de l'Australie, du Canada, du Danemark, de la Finlande, du Japon, des Pays-Bas, de la Norvège, de la Suède et des Etats-Unis.
Your comments
comments powered by Disqus