ISS Today
Home / ISS Today / 2015 elections in West Africa: turbulent times ahead
2015 elections in West Africa: turbulent times ahead
2 February 2015

Pour la version française, cliquez ici

West Africa is heading towards turbulent times right from the onset of 2015. Citizens in Nigeria, Togo, Benin, Côte d’Ivoire and Burkina Faso are getting ready to go to the polls, in many cases against a backdrop of political instability.

In Nigeria, where general elections are scheduled for 14 February, the intensification of the Boko Haram insurgency is dominating the political scene. The radical Islamist group controls many areas in the states of Borno, Yobe and Adamawa, which has led to nearly a million people being displaced within and outside of Nigeria. These displaced people and refugees might not be able to participate in the February elections, which could affect the legitimacy of the poll results and lead to contestation.

Additionally, the formation of the All Progressives Congress (APC) in 2013, following the merger of three opposition parties, has significantly changed the political landscape. Unlike the previous presidential elections, which it had won relatively easily, the People’s Democratic Party (PDP) will this time face an opponent with a nationwide base. This has contributed to intensified electoral campaigning amid a charged atmosphere, marked by radicalised political discourse and an increasing number of violent acts.

2015 promises to be critical for the consolidation of democracy in West Africa

It therefore seems important that the Independent National Electoral Commission (INEC) accelerates its efforts to finalise the preparation of the ballot, particularly in distributing permanent voting cards and ensuring that displaced people are included in the vote. Nigerian defence and security forces, with the support of the international community, must increase efforts to ensure the security of the vote, especially in regions affected by the Boko Haram insurgency.

In Togo, Faure Gnassingbé will likely be a candidate for a third time in the presidential elections scheduled for March. However, his candidacy is contested by some members of the opposition, who are calling for a return to the 1992 constitution, wherein Article 52 limited the number of presidential terms to two. The constitution was modified in 2002 to take out the term-limit clause.

Discussions on constitutional and institutional reforms, which had started in the National Assembly in June 2014, are still in a deadlock. Reinstating the term-limit clause is the main point of contention, since it would restrict the current president. Additionally, political actors disagree on the introduction of a two-round poll and the reform of electoral institutions, whose legitimacy is being questioned by the opposition (these are the Independent National Electoral Commission, the Constitutional Court and the High Authority for Broadcasting and Communication).

This lack of consensus – in a context where the balance of power seems to favour the ruling Union for the Republic party – could affect the legitimacy of the vote and lead to the results being contested by the opposition. Togolese actors should agree on how political reforms are to be implemented, especially those related to the upcoming polls, to pave the way for free and fair elections.

In Benin, the revision of the permanent digital electoral list (Liste électorale permanente informatisée or LEPI), which has been dominating the political debate since 2011, has made some progress. Following an injunction of the Constitutional Court on 9 January, the Orientation and Surveillance Council of the LEPI delivered the first corrected version of the electoral list on 15 January.

The Constitutional Court also determined the date for the parliamentary elections (26 April 2015) as well as the local elections (31 May). These new developments end nearly two years of political deadlock, and constitute progress towards an electoral list that is accepted by all parties. Political actors had called for this after the 2011 electoral list had been contested. The conduct of the 2015 local and legislative elections (as well as the 2016 presidential elections, which would be another step towards democratic consolidation) will depend on whether all parties accept the definitive electoral list, which is expected on 25 February.

In Côte d’Ivoire, citizens are getting ready to go the polls in October, five years after the violent post-electoral crisis that engulfed the country following the 2010 presidential elections. While everyone is working to avoid a repetition of that scenario, the political climate is tense due to differences regarding the electoral framework, as well as unresolved questions around ethnicity – which had caused the 2010 crisis.

The political scene is also characterised by increasing tension due to infighting within political parties. The Democratic Party of Côte d’Ivoire is still divided following the decision of its leader, Henri Konan Bédié, to form a coalition with Alassane Ouattara’s Rally of the Republicans party.

Opposition parties such as the Ivorian Popular Front, which is also facing a leadership crisis, have condemned the lack of payment of funding to political parties, the detention of some of their members and their lack of access to media. This is in addition to the deadlock in the reconciliation process and political dialogue in general.

In Côte d’Ivoire, thousands of weapons have not been recovered

Furthermore, the security context remains fragile given that 30 000 former combatants have still not been demobilised, and thousands of weapons have not been recovered. Given this situation, the Ivorian authorities should encourage the participation of the opposition in the democratic process, and expedite the disarmament of the former combatants, to prevent the political and security situation from deteriorating further.

In Burkina Faso, citizens are getting ready to draw the outlines of a new governance model following the 11 October 2015 presidential elections. The transition government, which was installed following Blaise Compaoré’s departure on 31 October 2014, has so far opted for dialogue to solve the challenges surrounding the organisation of the elections.

In addition to the presidential and parliamentary elections scheduled for 11 October, the transitional authorities have decided to suspend the participation of foreign-based citizens. As regards the INEC, apart from some dissenting voices who want it to be a depoliticised structure, the consensus is to maintain it as is. But there are concerns over its funding, especially since the transitional government declared having only 25 billion West African franc, out of a total 50,6 billion planned budget, for the electoral process.

Besides the funding issue, the transition government is under pressure from the population to initiate deep reforms in the governance of the country. These aim to improve the living conditions and ensure that justice is better administrated. The transitional authorities must, however, remember that it is up to the authorities elected in October to initiate structural reforms, despite some necessary responses to pressing social demands. Furthermore, partners should provide immediate financial support to the electoral process, including the reviewing of the list.

In Guinea, the presidential elections scheduled for November 2015 are being prepared amid the health crisis ensuing from the Ebola outbreak. This casts doubts as to the proper conduct of the electoral process. President Alpha Condé, who will certainly be a candidate, will face an opposition whose main leaders, Cellou Dalein Diallo and Sidya Touré, contested the results of the 2010 presidential elections, denouncing many irregularities. They always seem to doubt the will of the current government to hold free and fair elections, despite the recruitment of a new operator for the revision of the electoral list according to their requirements.

The organisation of local elections, which were last held in 2005, and the reform of the INEC continues to divide the political class. The June 2014, dialogue between the opposition and the presidential camp failed to reach consensus on these issues. This situation, if it persists, could exacerbate already-deep political and ethnic rivalries. Politicians should also find a minimum agreement on the electoral system. The Economic Community of West African States, the African Union and the European Union could play the role of facilitator between the various protagonists.

This year promises to be critical for the consolidation of democracy in West Africa, a region marked by political and security instability in recent years. However, national ownership of the electoral process and support from international partners can help to clear the cloudy horizon.

Paulin Maurice Toupane, Junior Researcher; Fatimata Ouedraogo, Esso-Wèdeou Gnamke, Ibrahim Maiga, Junior Fellows, Conflict Prevention and Risk Analysis Division, ISS Dakar and Ousmane Aly Diallo, Junior Fellow, Conflict Prevention and Risk Analysis Division, ISS Nairobi

Media coverage of this ISS Today:

Eldis

The publication of this article was made possible through the support from the International Development Research Center and the Open Society Initiative for West Africa.

_____________________________

Élections 2015: L’Afrique de l’Ouest entre en zone de turbulences

Avec le début de l’année 2015, l’Afrique de l’Ouest est entrée en zone de turbulence. Les citoyens du Nigeria, du Togo, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et de la Guinée s’apprêtent en effet à se rendre aux urnes sur fond d’incertitudes politiques et sécuritaires.

Au Nigeria, où les élections présidentielles et législatives sont prévues le 14 février 2015, le contexte est marqué par l’intensification de l’insurrection de Boko Haram qui contrôle de nombreuses localités dans les États de Yobe, de Borno et d’Adamawa. Cette situation a engendré le déplacement de près d’un million de personnes, à l'intérieur et hors du Nigeria, hypothéquant significativement leur participation aux scrutins du mois prochain. Outre la remise en cause de la légitimité qui pourrait en résulter, cet état de fait accroît les risques de contestation des résultats.

Par ailleurs, la création du All Progressives Congress (APC) en 2013, à la suite de la fusion de trois anciens partis d’opposition, constitue le principal changement dans le paysage politique. Contrairement aux précédentes élections présidentielles, qu’il a largement dominé, le Peoples Democratic Party (PDP) est cette fois confronté à un adversaire d’envergure nationale. Cette nouvelle configuration a contribué à intensifier la campagne électorale qui se tient dans un climat particulièrement tendu, caractérisé par une radicalisation des discours politiques et par une multiplication des actes de violence.

Ainsi, il est important pour l’Independent National Electoral Commission (INEC) d’accroître ses efforts visant à finaliser la préparation du scrutin, notamment la distribution des cartes d’électeurs et la facilitation de la participation des déplacés. Les forces de défense et de sécurité nigérianes, avec l’appui de la communauté internationale, doivent intensifier leurs efforts pour assurer la sécurisation du scrutin surtout dans les régions affectées.

Au Togo, le président Faure Gnassingbé devrait briguer un troisième mandat lors de l’élection présidentielle prévue courant mars 2015. Sa candidature est cependant contestée par une partie de l’opposition qui réclame le retour à la Constitution de  1992. Cette dernière, dont l’article 59 limitait le nombre de mandats présidentiels à deux, a été modifiée en 2002 pour faire sauter cette clause limitative, donnant ainsi à l’actuel président la possibilité de se représenter.

L’année 2015 s'annonce donc critique pour la consolidation démocratique en Afrique de l'Ouest

Les discussions initiées à l’Assemblée nationale depuis juin 2014 sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles sont toujours dans l’impasse. En effet l’application de la limitation du nombre de mandat que l’opposition voudrait rétroactive constitue le principal point de blocage. Cette disposition viserait à empêcher l’actuel président d’être candidat.

Par ailleurs, les acteurs politiques ne s’entendent pas sur l’instauration du scrutin à deux tours et la réforme des institutions impliquées dans le processus électoral et dont la légitimité continue d’être remise en cause par l’opposition (Commission électorale nationale indépendante-CENI, Cour constitutionnelle et Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication). Cette situation pourrait amener l’opposition à remettre en cause la légitimité du scrutin et en contester les résultats.

L’absence de consensus dans un contexte où le rapport de force semble favorable au parti au pouvoir, l’Union pour la république, fait ainsi planer des risques sur la présidentielle de 2015. Les acteurs togolais devraient, afin de créer les conditions nécessaires à la tenue d’élections crédibles et transparentes, trouver un consensus sur la mise en œuvre des réformes politiques surtout celles liées à l’organisation de la présidentielle.

Au Bénin, la question de la révision de la liste électorale permanente informatisée (LEPI) qui dominait le débat politique depuis 2011, a connu une évolution. En effet, le Conseil d'orientation et de supervision de la LEPI a, conformément à l’injonction qui lui avait été faite par la cour constitutionnelle dans sa décision du 9 janvier 2015, livré la version provisoire du fichier électoral le 15 janvier.

La cour a également fixé la tenue des élections législatives au 26 avril 2015 et celle des locales, au 31 mai 2015. Cette décision de la cour vient ainsi mettre fin à plus de deux ans de blocage et contribue à détendre le climat politique quelque peu crispé ces dernières semaines. Elle consacre une avancée dans le processus d’obtention d’une LEPI consensuelle réclamée par les acteurs politiques, à la suite des contestations dont avait fait l’objet la liste qui avait servi aux élections de 2011.

En Côte d’Ivoire, des milliers d’armes continuent de circuler

De l’acceptation par tous les acteurs de la LEPI définitive, attendue pour le 25 février au plus tard, dépendra le bon déroulement des élections locales et législatives de 2015 ainsi que des présidentielles de 2016. Ce qui serait une étape importante vers la consolidation du processus démocratique au Bénin. Le gouvernement, avec le soutien des partenaires internationaux, devrait appuyer financièrement et techniquement l’ensemble du processus électoral.

En Côte d’Ivoire, cinq ans après l’élection présidentielle de 2010 qui avait plongé le pays dans une violente crise post-électorale, les populations se préparent de nouveau à se rendre aux urnes en octobre prochain. À l’approche de cette échéance,  alors que le pays doit éviter une nouvelle crise, le climat politique reste tendu étant donné que les divergences sur le cadre électoral et les revendications identitaires à l’origine du chaos de 2010 n’ont toujours pas été réglées.

La scène politique est également marquée par une montée de tension liée aux dissensions internes au sein des principales formations politiques. Le Parti démocratique de Côte d'Ivoire est divisé sur la proposition de son leader Henri Konan Bédié de rallier le Rassemblement pour les républicains d’Alassane Ouattara dans le cadre d’une coalition. 

L’opposition dont certains partis comme le Front populaire ivoirien sont aussi confrontés à une crise de leadership, dénonce quant à elle le non paiement des financements prévus pour les partis politiques, la détention de ses cadres et le manque d’accès aux médias. À cela, s’ajoute l’absence de réconciliation et le peu d’avancée dans le dialogue politique qui suscitent des inquiétudes quant à la tenue d’un scrutin apaisé.

En outre, la situation sécuritaire demeure fragile dans ce pays où trente mille ex-combattants restent à démobiliser et où des milliers d’armes continuent de circuler, faisant croître le risque de perturbation du processus électoral. Face à cette situation, il est urgent pour le gouvernement d’accélérer le processus de désarmement des ex-combattants afin de prévenir les risques de détérioration du climat politique et sécuritaire. Les acteurs nationaux, notamment la mouvance présidentielle devrait également favoriser la participation de l'opposition au jeu démocratique.

Au Burkina Faso, les populations s’apprêtent, à l’issue des présidentielles prévues le 11 octobre 2015, à dessiner les contours d’un nouveau modèle de gouvernance pour le pays. La transition qui s’est installée à la suite du départ de Blaise Compaoré, le 31 octobre 2014, a jusque-là privilégié le dialogue et la concertation pour résoudre les défis liés à l’organisation de ces élections.

Ainsi, en plus des élections couplées présidentielles et législatives dont la tenue est prévue le 11 octobre prochain, les autorités de la transition ont décidé de surseoir à la participation des Burkinabè de l’étranger au scrutin de 2015. S’agissant de la CENI, en dehors de certaines voix discordantes souhaitant sa refonte pour une structure dépolitisée et uniquement technique, le consensus est à son maintien en l’état. Ces avancées se butent toutefois à la question des moyens financiers, d’autant plus que le gouvernement de transition déclare ne disposer que de 25 milliards de FCFA sur un total de 50,6 milliards pour le processus électoral.

Outre le problème de financement des élections, la transition subit de fortes pressions de la population pour initier de profondes réformes dans la gouvernance du pays. Celles-ci visent à améliorer les conditions de vie des populations et à garantir une meilleure administration de la justice.

Les autorités de la transition doivent garder à l’esprit qu’il reviendra au pouvoir élu d’engager les réformes structurelles, nonobstant les réponses à apporter à certaines demandes sociales pressantes. Par ailleurs, les partenaires devraient apporter un soutien financier immédiat au processus électoral notamment avec la révision de la liste.

En Guinée, les préparatifs des élections présidentielles prévues pour novembre 2015 se déroulent dans un contexte marqué par une crise sanitaire due à l’épidémie d’Ebola. Cette situation fait planer des doutes quant au bon déroulement du processus électoral.

Sur le plan politique, le président Condé dont la candidature est presque certaine, fera face à une opposition dont les principaux leaders, Cellou Dalein Diallo et Sidiya Touré ont contesté les résultats des élections présidentielles de 2010 dénonçant de nombreuses irrégularités. Ces derniers semblent toujours douter de la volonté du pouvoir d’organiser des élections libres et transparentes et ce malgré le recrutement d’un nouvel opérateur pour la révision de la liste électorale conformément à leurs exigences.

L’organisation des élections locales dont les dernières remontent à 2005 et la réforme de la CENI continuent de diviser la classe politique. Le dialogue tenu en juin 2014 entre l’opposition et le camp présidentiel n’a pas permis de trouver un consensus sur ces questions. Cette situation, si elle persiste, risque de provoquer des tensions qui pourraient exacerber les rivalités politiques et ethniques déjà profondes dans ce pays.

Aussi, les acteurs politiques devraient trouver un accord minimum sur le dispositif électoral. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest, l’Union africaine, et l’Union européenne pourraient jouer le rôle de facilitateur entre les différents protagonistes. 

L’année 2015 s'annonce donc critique pour la consolidation démocratique en Afrique de l'Ouest, région marquée ces dernières années par une instabilité politique et sécuritaire. Une implication des acteurs nationaux et un soutien des partenaires internationaux peuvent cependant contribuer à dégager cet horizon nuageux.

Paulin Maurice Toupane, Chercheur Junior, Fatimata Ouedraoguo, Esso-Wèdeou Gnamke, Ibrahim Maiga, Chercheurs boursiers, Division Prévention des conflits et analyse des risques, ISS Dakar et Ousmane Aly Diallo, Chercheur boursier, Division Prévention des conflits et analyse des risques, ISS Nairobi

Ce travail a été mené grâce à un appui du Centre de recherche en développementinternational du Canada et de l'Open Society Initiative for West Africa.
Your comments
comments powered by Disqus