Nigeria pulls out of MINUSMA: Protest or prioritisation of domestic security?

2013-11-15

Voir ci-dessous pour la version francaise

During the 43rd ordinary session of the Authority of Heads of State and Government of the Economic Community of West African States (ECOWAS) on 18 July 2013 in Abuja, Nigeria, the Chairman, President Alassane Ouattara of Côte d’Ivoire, announced that the Nigerian government had requested the withdrawal of its troop battalion deployed in Mali as part of the United Nations (UN) peacekeeping operation. According to Ouattara, the decision was based on the unstable security situation in Nigeria’s north.

However, the Nigerian government’s sudden decision to pull out of the UN Multidimensional Integrated Stabilisation Mission in Mali (MINUSMA) came shortly after the Rwandan Major General Jean Bosco Kazura was appointed by the UN Secretary General as commander of the mission. Kazura’s appointment sparked controversy, leading to speculation that Nigeria withdrew its troops in protest at the UN appointment.

Questions remain as to whether Nigeria really withdrew its troops in protest, and whether Nigerian President Goodluck Jonathan’s action was indeed motivated by domestic imperatives.

This question is very important, as the north of Mali is still not stabilised and MINUSMA is in dire need of additional troops to beef up security. At the same time, on 8 November the Nigerian Senate approved a six-month extension of the state of emergency to deal with the deadly insurgent movement Boko Haram.

Nigeria has a long history in peace and security engagements in Africa, dating back to 1960 in the Democratic Republic of Congo (DRC). Since then, the country has participated in over 25 UN peacekeeping missions around the world. Over the past year, Nigeria has deployed 5 956 peacekeepers internationally. Figures from the UN Department of Peacekeeping Operations indicate that as of 31 May 2013, 4 738 Nigerian peacekeepers were deployed in the field, making it the fifth-largest troop-contributing country in terms of UN peacekeeping.

In addition, at the regional level, the West African giant is also the main troop contributor to the ECOWAS Ceasefire Monitoring Group (ECOMOG) and is always in search of solutions to conflicts in the region. This has been illustrated by its involvement in the Liberian and Sierra Leonean conflicts, with the ECOWAS Mission in Côte d’Ivoire (ECOMOCI) and more recently with the ECOWAS Mission in Guinea-Bissau (ECOMIB). Nigeria has also demonstrated initiative and commitment in Mali by taking the initial lead in regional peace and security efforts and through its significant troop contributions. It also headed the African-led International Peace Support Mission in Mali (AFISMA), which was replaced by MINUSMA.

Yet despite Nigeria’s track record in upholding regional and global security, no Nigerian has been appointed to head any of the current UN peacekeeping missions.

Neither the complexity of the crisis in the Sahel and northern Mali, nor the importance of ‘a neutral’ force commander should be underestimated. Nevertheless, Nigeria’s troop withdrawal can be interpreted as a political reaction to the side-lining of both it and, in this particular case, Major General Abdulkadir Shehu, in heading UN-led missions. Shehu, a Nigerian, had led AFISMA before its replacement by MINUSMA. In a BBC report, an anonymous Nigerian military source stated that ‘Nigeria feels shabbily treated ... we think we can make better use of those people at home than to keep them where they are not appreciated’.

Another anonymous source cited by ThisDay Live said: ‘You remember what happened in Sierra Leone, after our troops had done the major thing, won the war, secured the peace. First came the British to take the glory and then an Indian Lt-Gen. Vijay Jetly was given the command of the operations by the UN. Now they are bringing one Maj.-Gen. from Rwanda after using us to do the dirty work’. These statements show the level of Nigeria’s disappointment with the UN.

Bearing the above in mind and notwithstanding Nigeria’s role as a key player in peacekeeping, it is important to remember that the government also has to deal with its own challenges in the form of Boko Haram.

In mid-May, Jonathan’s government declared a state of emergency in the northern states of Borno, Yobe and Adamawa. Over 8 000 soldiers are now deployed in these states. As for the returning troops from Mali, they were immediately redeployed to the north on 5 August, after Borno state had asked for more help to contain the Islamist militants who have killed over 3 600 people since 2009.

Boko Haram has recently also increased its attacks, especially on ‘soft targets’ such as schools. For example, in July 2013 it carried out a deadly attack on a campus in Mamudo, killing 41 students. More recently, on 29 September 2013, its members gunned down over 40 students at an agricultural college in Gujba, Yobe state. These repeated mass killings show that the threat remains in the north-eastern part of the country, and a lot still has to be done by the Nigerian government to eradicate the violence.

On the one hand, the Nigerian government’s need to respond to its domestic security challenges appears to be a compelling reason for pulling its troops out of Mali, as it must first ensure Nigeria’s own stability before working on regional security. Failure to contain Boko Haram risks its spread and alliance with other terrorist groups such as Al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM) or Al Mourabitoune. With this potential powder keg comes the increased likelihood that the fight against Boko Haram will take on a new dynamic – namely asymmetric warfare. Given the general weakness of armies in West Africa, they will probably not be able to respond efficiently to the threat.

One the other hand, it is increasingly becoming evident that defeating the jihadist and terrorist groups threatening states in the Sahel and West Africa does not depend exclusively on military prowess.

The Nigerian pull-out from MINUSMA has been a blow to the UN contingent, which still faces many challenges in meeting its targeted capacity of 11 200 soldiers and 1 440 policemen. For now, Abuja is torn between international glory and domestic security, and it appears that, this time, preference has been given to domestic security. Nevertheless, Nigeria’s contribution to peace on the continent needs to be acknowledged, appreciated and encouraged.

Mouhamadou Kane, Junior Fellow, Conflict Prevention and Risk Analysis Division, ISS Pretoria

Media coverage of this ISS Today:

African Armed Forces Online

DefenceWeb

International Relations and Security Network

The publication of this article was made possible by a grant from the International Development Research Centre (IDRC), Ottawa, Canada.

______________________________

Le retrait du Nigeria de la MINUSMA: colère contre les Nations Unies ou exigence de sécurité interne?

Lors de la 43ème session ordinaire des Chefs d' États et de Gouvernements de la Communauté Économique des États de l'Afrique de l’Ouest (CEDEAO), tenue le 18 juillet 2013 à Abuja, au Nigeria, le Président Alassane Dramane Ouattara a annoncé que le gouvernement nigérian souhaitait le retrait du bataillon de ses troupes déployées au Mali dans le cade de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA). Selon le président Ouattara, la décision du gouvernement nigérian était motivée par la situation sécuritaire instable qui prévaut dans les régions Nord du pays.

Toutefois, la décision soudaine du gouvernement nigérian de se retirer de la MINUSMA, a été prise peu après que le général rwandais, Jean Bosco Kazura, a été nommé commandant de la mission par le Secrétaire Général de l'ONU. Cette nomination du Général Kazura a suscité de vifs débats, menant à des spéculations selon lesquelles le Nigeria aurait retiré ses troupes en signe de protestation contre la nomination effectuée par l'ONU. On se demande si le Nigeria a vraiment retiré ses troupes en signe de protestation ou si ce sont les impératifs nationaux qui ont motivé le Président Goodluck Jonathan dans sa décision sur le retrait de ses troupes.

Cette préoccupation est très pertinente quand on sait que les régions du Nord du Mali ne sont pas encore stabilisées et que la MINUSMA est dans le besoin de troupes supplémentaires pour renforcer la sécurité dans lesdites régions libérées des exactions des islamistes en janvier 2013. En même temps, le Sénat nigérian a approuvé le jeudi 8 novembre 2013, la prolongation de six mois de l'état d'urgence décrété depuis le 15 mai 2013, afin de combattre le mouvement extrémiste Boko Haram qui sévit dans les régions Nord du Nigéria.

Le Nigeria a une longue histoire dans les missions de maintien de la paix en Afrique qui remonte aux années 1960, notamment en République démocratique du Congo. Depuis lors, le Nigeria a multiplié ses actions politiques et humanitaires pour la paix et la sécurité internationale et a participé à plus de 25 missions de maintien de la paix des Nations Unies dans le monde. L’année dernière par exemple, le Nigeria a globalement déployé environ 5956 soldats de la paix. Les chiffres du Département des opérations de maintien de la paix des Nations Unies indiquent qu’à la date du 31 mai 2013, environ 4738 casques bleus nigérians ont été déployés sur le terrain, ce qui le place parmi les cinq plus grands pays contributeurs de troupes aux missions de maintien de la paix des Nations Unies.

En outre, au niveau régional, le géant de l’Afrique de l'Ouest a aussi été le principal contributeur de troupes du Groupe de Contrôle de Cessez-le-feu de la CEDEAO, (ECOMOG) et est toujours présent sur le terrain, à la recherche de solutions aux conflits dans la région. Son implication dans les conflits au Liberia, en Sierra Léone, en Côte d'Ivoire avec la Mission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest en Côte d’Ivoire (ECOMOCI) et plus récemment en Guinée-Bissau, dans le cadre de la Mission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest en Guinée Bissau (ECOMIB) en donne largement la preuve.

Malgré tous les efforts que le Nigeria a fournis pour la sécurité régionale et mondiale, force est de constater qu’aucun nigérian n’a jamais été nommé à la tête d'une mission de maintien de la paix des Nations Unies.

Par ailleurs, au Mali, le Nigeria a fait montre d'initiative et d'engagement en s’impliquant très tôt et d’une manière significative pour la paix et la sécurité régionale par l’envoi de troupes et par son leadership à la tête de la Mission Internationale de Soutien au Mali (MISMA) qui a été remplacée par la MINUSMA.

S’il est vrai que l'on ne doit pas minimiser la complexité de la crise dans le Sahel et au nord du Mali ainsi que la nécessité d'avoir « un commandant de la force neutre », il est aussi fort possible que le retrait des troupes soit interprété comme une réaction politique contre toute initiative visant à écarter le Nigeria de la direction de la mission onusienne, et dans ce cas particulier, le Général Nigérian Shehu Abdulkadir qui a dirigé AFISMA avant son remplacement par la MINUSMA. Dans un reportage de la BBC, une source militaire nigériane anonyme a déclaré que: « Le Nigeria se sent maltraité ... nous pensons que nous pouvons faire un meilleur usage de ces personnes à la maison au lieu de les garder là où elles ne sont pas appréciées. »

Une autre source anonyme citée par This day live déclare « Vous vous souvenez de ce qui s'est passé en Sierra Leone, après que nos troupes ont fait la chose la plus importante, gagné la guerre, obtenu la paix ? Les Britanniques sont venus en premier pour s’accaparer la gloire, puis un Général indien, Lt-Gen Vijay Jetly s’est vu octroyé le commandement des opérations de l'ONU. Maintenant, ils amènent un General du Rwanda après nous avoir utilisé pour faire le sale boulot." Ces déclarations montrent l'ampleur de la déception du pays à l’encontre des Nations Unies.

Toutefois, en gardant tout cela à l'esprit et malgré le rôle important du Nigeria comme acteur clé dans le maintien de la paix, il est important de rappeler que le Nigeria est confronté à de sérieux défis sécuritaires internes liés aux activités du groupe terroriste Boko Haram. Le pays semble en effet être engagé à la fois sur le front interne et régional.

Pourtant, depuis la mi-mai, le Président Goodluck Jonathan a décrété l'état d'urgence dans les États de Borno, Yobe et de l'Adamaoua, situés au nord du pays, pour mieux combattre les terroristes. Huit mille soldats sont déployés depuis lors dans la partie nord du pays. Quant aux soldats revenant du Mali, ils ont été immédiatement redéployés au nord, depuis le 5 août 2013, à la suite de la demande de l'État de Borno d’augmenter l’effectif militaire afin de contenir les militants islamistes qui ont tué plus de 3600 personnes depuis 2009. Boko Haram a multiplié au cours de ces derniers mois ses attaques meurtrières en particulier sur les « cibles vulnérables », comme les écoles. Au mois de juillet 2013, le groupe terroriste a mené une attaque meurtrière dans un campus à Mamudo, tuant 41 étudiants et, plus récemment, le 29 septembre 2013, ils ont abattu plus de 40 élèves dans un collège d’agriculture à Gujba, dans l'État de Yobe. Ces massacres répétés illustrent que la menace est toujours persistante dans la partie Nord-Est du pays et que beaucoup d’actions restent à mener par le gouvernement nigérian pour éradiquer la violence.

D’une part, compte tenu de la situation sécuritaire très précaire, la décision du gouvernement nigérian de se retirer afin de répondre à ses défis en matière de sécurité nationale apparaît comme l'un des facteurs déterminants du retrait de ses troupes du Mali. Le Nigeria doit d'abord assurer la stabilité du pays avant de prétendre assurer la sécurité régionale. Si les terroristes du Nord du Nigeria ne sont pas défaits, il y a de fortes probabilités qu’ils nouent des alliances avec d'autres groupes terroristes comme Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), ou les « Almourabitounes », un nouveau groupe terroriste issu de la fusion du Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), des Signataires par le Sang, dirigé par Mokhtar Belmoktar et d’autres dissidents d’AQMI. Avec ce cocktail explosif, il y a de fortes chances que la lutte contre Boko Haram entraîne une nouvelle dynamique dans la région face à ce qui pourrait être décrit comme une guerre asymétrique. Compte tenu de la faiblesse, en générale, des armées en Afrique de l’Ouest, il est peu probable qu'elles réagissent efficacement face à la menace terroriste. D'autre part, il est de plus en plus évident que vaincre les terroristes et les djihadistes, qui menacent la survie des États du Sahel et de l’Afrique de l'Ouest, ne relève pas exclusivement des prouesses militaires.

Certes, le retrait du Nigeria de la MINUSMA a été un coup dur pour la mission de l'ONU qui ne parvient toujours pas à atteindre le nombre ciblé de 11200 soldats dont 1440 policiers. Aujourd’hui, Abuja est tiraillée entre la gloire internationale et les exigences de la sécurité nationale. Il apparaît toutefois que la préférence ait été donnée, cette fois-ci, à la sécurité interne. Malgré tout, il faut savoir reconnaître et apprécier la contribution du Nigeria à la paix sur le continent et ailleurs.

feature-5icon-printerPSC REPORT