Les militaires du Sahel ont besoin d'une meilleure gouvernance pour faire face à la menace terroriste

2020-02-26

Les attaques terroristes contre les forces de défense et de sécurité d'État sahéliens soulèvent des questions quant à la capacité de ces armées à résister aux menaces extrémistes et à protéger les populations. Au total, 271 soldats ont été tués lors des récentes attaques contre les camps militaires de Chinagodar et Inatès au Niger, Indélimane et Boulkessi au Mali, et Koutougou au Burkina – dans la région du Liptako-Gourma (voir carte ci-dessous).

Beaucoup d'autres ont été blessés et du matériel essentiel a été volé. Selon les Nations unies, plus de 4 000 décès dus à l'extrémisme violent ont été signalés au Niger, au Mali et au Burkina en 2019, contre 770 en 2016.

Sahel et région du Liptako-Gourma
Sahel et région du Liptako-Gourma
(cliquez sur la carte pour agrandir l'image)

Comment les extrémistes violents parviennent-ils à poursuivre ces attaques ? Pourquoi ces armées sont-elles sous-équipées et mal préparées face à cette menace asymétrique ? Les pays consacrent une part massive de leur budget aux secteurs de la défense et de la sécurité – qu'est-ce qui ne va pas ?

Les réponses sont pluridimensionnelles. La gouvernance militaire, et pas seulement le manque de ressources, est un problème majeur qui affecte les corps en uniforme dans la plupart des pays du G5 Sahel. Chaque année, les parlements approuvent d'importants budgets de sécurité et de défense pour le fonctionnement des forces et l'achat d'équipements militaires.

Selon l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, en 2018, les dépenses militaires du Mali s'élevaient à 495 millions de dollars, celles du Burkina à 312 millions, celles du Tchad à 232 millions, celles du Niger à 229 millions et celles de la Mauritanie à 159 millions. Dans le cas du Mali en 2015 et du Burkina en 2017, des lois de programmation militaire – établissant une planification pluriannuelle des dépenses de l'État pour les forces armées – ont été adoptées pour combler les lacunes et régénérer leurs forces affaiblies.

Les pays consacrent une part massive de leur budget à la défense et à la sécurité – qu'est-ce qui ne va pas ?

Cependant, sous prétexte d'impératifs de sécurité, la gestion de ces fonds n'est pas transparente. Les opérations financières suivent généralement des procédures qui permettent de contourner les normes en matière de marchés publics. Des détournements de fonds dans l'acquisition d'équipements militaires au Mali sont souvent signalés. De même, l'administration des ressources humaines dans les armées sahéliennes (recrutement, affectation et promotion) ne répond pas toujours aux critères de transparence et de compétence.

Ces pratiques exemptent implicitement les institutions de défense et de sécurité des pratiques de contrôle et d'audit. La gestion des ressources qui leur sont allouées ne relève pas du champ d'action des organismes publics d'intervention et de contrôle. Ces organismes n'ont souvent pas la latitude de vérifier si ces institutions (armée, gendarmerie et police) respectent les règles de gestion.

Dans chaque pays, une inspection générale des forces armées est mise en place pour contrôler les capacités opérationnelles des forces, leur niveau de préparation et la gestion administrative et financière de leurs ressources. Mais cette structure n'a pas toujours l'indépendance nécessaire pour exécuter les missions qui lui sont confiées.

Ainsi, les inspections générales des armées dans les cinq pays du G5 Sahel ne sont que symboliques. Elles n’exercent leurs prérogatives que de manière ponctuelle et sur instruction de leurs tutelles. Cependant, elles pourraient jouer un rôle essentiel aux côtés des autres acteurs du contrôle démocratique des forces de défense et de sécurité (parlements, cours des comptes, tribunaux militaires, codes d'éthique et de conduite professionnelle, société civile et médias).

Les armées du Sahel continuent à préparer leurs unités aux conflits conventionnels plutôt qu'aux menaces terroristes

Ce manque de contrôle a encouragé des détournements de fonds, du favoritisme et de la discrimination, engendrant un effet négatif sur la capacité opérationnelle et l'efficacité de ces forces. L'acquisition d'équipements, le recrutement et la formation ne sont pas toujours en adéquation avec les besoins. Les armées du Burkina, du Mali et du Niger continuent de préparer et d'équiper leurs unités pour les conflits conventionnels au lieu de les former à la menace terroriste qui sévit dans la région.

L'entraînement des soldats reste plus axé sur le combat classique et les achats de matériel privilégient les équipements lourds (blindés et canons d'artillerie), alors que la guerre asymétrique - c'est ainsi que l'on décrit les attaques terroristes - nécessite des forces spéciales bien entraînées et mobiles, une stratégie de renseignement efficace et une action civilo-militaire efficiente.

La mauvaise gouvernance est l'une des principales causes de la défaillance des systèmes de défense dans la plupart des pays du G5 Sahel, qui peinent à faire face aux menaces terroristes. Les États ont besoin de mécanismes efficaces pour le contrôle démocratique de leurs forces de défense et de sécurité. Une transformation réussie du secteur de la sécurité, impliquant un changement complet de la manière dont le secteur est gouverné, pourrait y contribuer.

Les questions budgétaires et les procédures de gestion du matériel et des ressources humaines doivent faire l'objet d'un audit approprié pour garantir le respect des exigences de bonne gouvernance. Des inspections actives et efficaces amélioreraient la gestion des ressources, maintiendraient un niveau adéquat de préparation des forces, renforceraient les capacités opérationnelles et rehausseraient le moral du personnel. Elles contribueraient également à préserver le caractère national des forces armées dans un environnement affaibli par une insécurité croissante.

Bien entendu, même si elles sont nécessaires, des armées fortes ne sont pas le seul rempart contre l'insécurité qui sévit dans la région. Une approche globale est fondamentale pour améliorer la gouvernance des armées et leur état de préparation afin qu'elles puissent assurer la sécurité dont le Sahel a tant besoin.

Hassane Koné, chercheur principal associé, Bureau régional de l’ISS pour l’Afrique de l’Ouest, le Sahel et le bassin du Lac Tchad

En Afrique du Sud, le quotidien Daily Maverick jouit des droits exclusifs de publication des articles ISS Today. Pour les médias hors d’Afrique du Sud et pour toute demande concernant notre politique de publication, veuillez nous envoyer un e-mail.

feature-5icon-printerlogo-chlogo-frPSC REPORT