New Negotiations Brokered by Sant'Egigio: Hope for Peace in Casamance?

2012-12-04

Voir ci-dessous pour la version francaise

Paulin Maurice Toupane, Intern, Conflict Prevention and Risk Analysis Division, ISS Dakar

The resolution of the crisis in the Casamance, Senegal, that has been on hold since the ceasefire of 2005, has taken a new turn. Salif Sadio, leader of the northern faction of the armed branch of the Movement des forces démocratiques de la Casamance (Movement of the Democratic Forces of Casamance, MFDC), had appealed for dialogue on 1 June 2012. In an answer to that appeal, President Macky Sall, in a statement at the decentralised Council of Ministers meeting held in Ziguinchor on 27 June, pledged to begin talks with Sadio and the other warlords of the MFDC.

Indeed, since Macky Sall became president, there have been new developments both within the MFDC factions and in the attitude of the Senegalese government towards the insurgency, which wants the independence or autonomy of Casamance. ‘I have read the press release issued by Salif Sadio,’ said President Sall, ‘and I believe we are in a position to begin an open and frank dialogue with him and the northern front fighters.’

In his reaction to the President’s overtures, Sadio, in a statement reported by Radio France Internationale on 4 July 2012, said he would like to ‘invite him to hold talks outside Africa under the auspices of the Community of Sant’Egidio’. Then a press release issued by the Community of Sant’Egidio on 17 October announced that delegations of the Senegalese government and the northern faction of the MFDC ‘mandated by Salif Sadio’ had met in Rome on 13 and 14 October 2012.

Even though the restoration of peace may still seem remote, this meeting raised hopes for a resolution of a crisis that has existed since 1982. The main concern is whether this initiative, which is one of many, will succeed in creating the conditions for a lasting peace.

It is worth mentioning some of the developments that have taken place recently. As far as the MFDC is concerned, this is actually the first time that Sadio, one of the most radical and best-armed rebel leaders, has said that he is willing to hold talks. It is also the first time that all the MFDC warlords are willing to negotiate. (The armed branch of the MFDC is divided into a northern front led by Sadio’s faction and a southern front made up of two factions, that of César Atoute Badiate and that of Ousmane Gnantang Diatta.) 

Finally, the different factions are trying to draw closer to each other so that they can speak with one voice. In the south, according to media sources, Badiate and Diatta are once again talking to each other. In the north, Sadio, who considers himself the sole representative of the MFDC, still has to be persuaded to open talks with the other factions. Several peace agreements were signed in the past between Senegal and the MFDC, but none has so far been supported by all the armed factions.

The government has also changed tactics. In 2000, former President Abdoulaye Wade promised to ‘resolve the Casamance issue in 100 days’. Twelve years later, Casamance is still in a ‘neither-peace-nor-war’ situation. President Sall, who claims that ‘the restoration of peace in the southern region is still close to his heart’, has made his first official visit to the Gambia’s President Yaya Jammeh. The Gambia, which many believe supports and provides a rear base for Sadio’s northern faction, has a major role to play in the resolution of this crisis. 

Thus, by drawing closer to Banjul, Senegal is trying to obtain the support of President Jammeh, who stated on 15 April 2012 that he would do his best to help in having peace restored in Casamance. The two countries also signed an agreement to build a bridge to make Casamance more accessible.

Further, Senegal seems to have set a priority on the peaceful settlement of the conflict. The government, which considers the Casamance crisis an internal matter, has always refused to internationalise the conflict. However, it has to clearly define a crisis resolution road map and a socioeconomic development policy for the region; in short, anything that could facilitate the settlement of the crisis.

The mediation by Sant’Egidio, which states that it is ‘fully prepared to do everything to bring about the dialogue that will help to end the situation in Casamance’, is a source of hope for many reasons. As a Christian organisation founded in 1968 by Andr’a Ricardi, the community engages in the peaceful resolution of conflicts, among other things. Its methods and status have enabled it to engage in successful mediation efforts in Mozambique, Guatemala, Kosovo and Liberia, among others. Its contribution, therefore, is welcome at a time of deadlocked negotiations amid a crisis of confidence, not only between the government and the MFDC, but also between these two actors and the neighbouring countries.

Perceived as being neutral and enjoying the confidence of the military factions, Sant’Egidio should start by bringing the military factions and political wings of the MFDC together before the negotiations begin. Indeed, negotiating with one or two rebel leaders is not the same as negotiating with the MFDC. In fact, Badiate said in early October: ‘I am not against the choice of Sant’Egidio to broker our talks with Senegal. However, it is necessary first to organise a meeting between the different factions of the movement, bring everybody together so that we can talk the same language, choose our representatives on a consensual basis and establish a platform. Otherwise, holding a meeting in Rome for instance will serve no purpose. If the mediator insists, we will still go for a change of air.’

The MFDC had broken up after the death of its charismatic leader Father Augustin Diamacoune Senghor. It is now composed of several warlords and political leaders, with the armed wing sometimes acting independently from the political wing. Further, the reaction of the MFDC’s Cercle des Intellectuels et Universitaires, a faction of the political wing which in a press release issued on 23 October 2012 rejected the mediation by Sant’Egidio and claimed that Sadio ‘is not the leader of the MFDC’, reveals the complexity of the Casamance issue in which so many actors are involved.

Despite these challenges, the context is still favourable to dialogue and the conditions seem to be there for the resolution of this thirty-year-old crisis. However, three things should be taken into account in the current efforts: firstly, the MFDC should develop a common platform for expressing its claims and join the efforts towards a peaceful resolution of the conflict. Secondly, the Senegalese government should clearly define a crisis resolution road map and a socioeconomic development plan for the region, in consultation with the stakeholders in Casamance. Finally, Sant’Egidio should take into account the complexity of the issue and bring together the political and military wings of the MFDC before opening negotiations with the government of Senegal.

This work was carried out with the aid of a grant from the International Development Research Center (IDRC), Ottawa, Canada

_______________________________________________

Nouvelles negotiations sous l’egide de sant’egidio : un espoir de paix en casamance?

Dossier suspendu au Sénégal depuis le cessez-le-feu de 2005, la résolution de la crise casamançaise a récemment pris une nouvelle tournure. On se rappellera de l’appel au dialogue lancé par Salif Sadio, chef de la faction nord de la branche armée du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC), dans un communiqué du 1er juin 2012. En réponse à cet appel, le président Macky Sall, dans une déclaration faite après le conseil des ministres décentralisé qui s’est tenu à Ziguinchor, le 27 juin, s’est dit prêt à engager le dialogue avec Salif Sadio et les autres chefs de guerre du MFDC.

En effet, on assiste depuis l’arrivée au pouvoir de Macky Sall, à un changement de dynamiques, tant au sein des factions du MFDC que dans le comportement de l’État du Sénégal face à la rébellion. “J’ai lu le communiqué de Salif Sadio” déclarait le Président Macky Sall, “et je pense que nous sommes dans les dispositions d’engager un dialogue ouvert et franc avec lui et avec les combattants du front nord”.

En réaction à la main tendue  du président, Salif Sadio, dans une sortie relayée par RFI  le 4 juillet 2012, « l’invite à des négociations hors d’Afrique et sous l’égide de la communauté Sant’Egidio ». Quelques mois après cette déclaration, un communiqué de la communauté Sant’Egidio publié le 17 octobre, annonçait qu’une délégation du gouvernement du Sénégal et une délégation de la faction nord du MFDC  « mandatée par Salif Sadio » se sont rencontrées à Rome, les 13 et 14 octobre 2012.

Même si le retour définitif de la paix semble encore loin, une telle rencontre suscite de l’espoir quant à la résolution de cette crise qui dure depuis 1982. La préoccupation majeure est de savoir si cette énième initiative réussira à créer les conditions d’une paix durable.

Il convient de relever un certain nombre de dynamiques. En ce qui concerne le MFDC, il faut d’abord noter que c’est la première fois que Salif Sadio, l’un des chefs rebelles les plus radicaux et les mieux armés, manifeste sa disponibilité à dialoguer avec l’État du Sénégal. Ensuite c’est également la première fois que l’ensemble des chefs de guerre du MFDC sont disposés à négocier. La branche armée du MFDC est en effet divisée entre un front nord dirigé par la faction de Salif Sadio et un front sud comprenant deux factions, celle de César Atoute Badiate et celle d’Ousmane Gnantang Diatta.

Enfin la volonté de dialoguer est d’autant plus probante que les différentes factions tentent de se rapprocher pour parler d’une seule voix. Dans le sud, selon des sources médiatiques, César Atoute Badiate et Ousmane Gnantang  Diatta ont en effet renouéle dialogue. Il reste à convaincre Salif Sadio dans le nord, qui se considère comme le seul représentant du MFDC, d’entamer le dialogue avec les autres factions. Plusieurs accords de paix ont été signés dans le passé entre le Sénégal et le MFDC, mais aucun de ces accords n’a jusqu’ici reçu l’assentiment de l’ensemble des factions armées.

Un changement de démarche peut également être noté du coté de Dakar.  En 2000, Abdoulaye Wade avait promis de régler la question casamançaise « en 100 jours ». Douze ans plus tard, la Casamance se trouve toujours dans une situation de « ni paix, ni guerre ». Le président Macky Sall, qui déclarait que « le retour de la paix dans la région sud reste ancré dans sa chair », a réservé sa première visite officielle à son homologue Yaya Jammeh, le Président de la Gambie. La Gambie, largement perçue comme soutien et base arrière de la faction Nord de Salif Sadio, a un rôle majeur à jouer dans la résolution de cette crise.

Ainsi, le Sénégal, en se rapprochant de Banjul, tente d’obtenir le soutien du président Yaya Jammeh qui affirmait, le 15 avril 2012 qu’il ferait de son mieux pour que la Casamance retrouve la paix. Il ajoutait que son pays ne ménagerait aucun effort dans ce sens. En outre ces deux pays ont signé un accord pour la construction d’un pont pour le désenclavement de la Casamance.

Par ailleurs, le Sénégal semble avoir donné priorité au règlement pacifique du conflit. Dakar, qui considère la crise casamançaise comme une affaire interne, avait toujours refusé d’internationaliser le conflit. Toutefois, il doit définir clairement une feuille de route de sortie de crise et une politique de développement socio-économique de la région. Toute chose qui pourrait faciliter le règlement de ce dossier.

La médiation de la communauté Sant’Egidio, qui se dit « tout à fait disponible à travailler pour un dialogue, pour terminer avec cette situation casamançaise », suscite de l’espoir à bien des égards. Organisation chrétienne fondée en 1968 par Andréa Ricardi, la communauté s’implique dans la résolution pacifique des conflits. Ses méthodes et son statut lui ont permis de réussir des médiations notamment au Mozambique, au Guatemala, au Kosovo et au Liberia. Sa contribution semble donc la bienvenue à un moment où les négociations étaient au point mort et où il y avait une crise de confiance non seulement entre l’Etat et le MFDC mais aussi entre ces deux acteurs et les pays voisins.

Considérée comme neutre et bénéficiant de la confiance des factions militaires, la communauté Sant’Egidio devrait s’atteler d’abord à réunir ces dernières et les ailes politiques du MFDC autour d’une table avant d’entamer les négociations. Car négocier avec un ou deux chefs rebelles ne signifie pas négocier avec le MFDC. D’ailleurs César Atoute Badiate déclarait début octobre : «  Jene suis pas contre le choix de Sant’Egidio pour nous aider à discuter avec le Sénégal. Mais, il faut organiser d’abord une assise entre les différentes factions du mouvement, rassembler tout le monde pour qu’ensemble nous puissions parler le même langage, choisir de manière consensuelle nos représentants et définir une plateforme. Sinon une rencontre à Rome par exemple ne servira à rien. Si le médiateur y tient, nous irons tout de même pour changer d’air».

Le MFDC a éclaté depuis le décès en 2007 de son leader charismatique, l’Abbé Augustin Diamacoune Senghor. Il est désormais composé de plusieurs chefs de guerre et de leaders politiques, la branche armée évoluant parfois indépendamment de la branche politique. D’ailleurs la réaction du Cercle des Intellectuels et Universitaires du MFDC, une faction de l’aile politique, qui dans son communiqué du 23 octobre 2012  a récusé la médiation de Sant’Egigo et  a rappelé que Salif Sadio « n’est pas le chef du MFDC », dénote de la complexité de la question casamançaise et de la multiplicité des acteurs en présence.

Malgré ces défis, le contexte demeure néanmoins favorable au dialogue et les conditions apparaissent réunies pour une résolution de cette crise vieille de trente ans. `

Toutefois trois éléments doivent être pris en compte dans le cadre des initiatives en cours:

D’abord, le MFDC doit se réunifier pour avoir une plateforme de revendications commune et s’inscrire dans la logique de la résolution pacifique de ce conflit.

Ensuite, l’Etat du Sénégal doit définir clairement une feuille de route de sortie de crise et une politique de développement socio-économique de la région en concertation avec les forces vives de la Casamance.

Enfin, la communauté Sant’Egidio doit prendre en compte la complexité du dossier et réunir les différentes factions du MFDC avant l’entame des négociations.

Ce travail a été mené grâce à un appui du Centre de recherche en développement international du Canada (CRDI) basé à Ottawa au Canada.

feature-5icon-printerPSC REPORT